Les défilés off de la Haute Couture Paris Fashion week Automne-Hiver 2017-18

By on 12/08/2017

Après les maisons labélisées haute couture, les membres invités à défiler aux côtés de ces dernières, il ne faut pas oublier les dizaines de créateurs français et étrangers, qui essaient de se faire une place au milieu d’un calendrier surchargé afin de dévoiler leurs collections à la presse internationale ainsi qu’aux clientes potentielles.

 

Si parmi eux, on découvre de bonnes surprises, hélas ce n’est pas toujours le cas, avec des propositions trop typées, trop éloignées de la mode internationale et entièrement dédiées au soir, qui finissent par lasser l’assistance avec une impression de redite. Souvent sans personnalités, les designers ont la fâcheuse manie de copier ce que font les grandes marques.

Pour la France, Eymeric François a clôturé la semaine, avec sa collection Icône, rendant un hommage constant au corps de la femme avec des créations sculpturales souvent corsetées rappelant celles de son maître Thierry Mugler. Parce que la cliente couture ne se préoccupe guère des tendances et des saisons, le couturier reste fidèle à son style dramatique, qu’il accentue par des masques brodés, tout en apportant la couleur aux robes et ainsi défier l’hiver.

Eymeric_Francois_Couture_AH_2017-18_©_Jean-Louis_CoulombelEymeric François

Les pays du Moyen-Orient restent les plus gros consommateurs de tenues du soir et par conséquent on ne dénombre plus les maisons de couture qui y voient le jour. Incontournable de cette semaine, le Libanais Georges Chakra, qui présente deux fois par an à Paris, a prouvé une fois de plus son talent et sa jeunesse d’esprit avec des robes de soirée courtes ou longues à destination d’une clientèle qui souhaite mettre son corps en valeurs. La femme est belle, il faut le montrer sans jamais tomber dans le vulgaire et sa mission est réussie. On adore le clin d’œil aux années disco avec les mini-robes et les cuissardes assorties.

Georges_Chakra_Couture_AH_2017-18Georges Chakra

Rami Kadi fait partie de la nouvelle génération de couturiers libanais qui apportent légèreté, modernité et jeunesse à l’art de la couture, dans un pays où les goûts restent bien souvent beaucoup trop ostentatoires et tape à l’œil, avec des robes toutes quasiment identiques. Son dynamisme et son envie d’explorer de nouvelles techniques l’entraînent chaque saison à dépasser ses limites. Cette saison, c’est la géométrie qui est le point de départ pour ses tenues de princesses des temps modernes, avec des lignes près du corps qui accentuent l’idée d’une puissante rébellion contre l’ordre établi.

Rami_Kadi_Couture_AH_2017-18Rami Kadi

Dany Atrache apporte également un vent de fraîcheur à ses créations en prenant comme point de départ la période festive des années 70, accompagnée par la notion de liberté vestimentaire qui a pris sa source à cette période avec le style hippie. Il imagine une collection anticonformiste opposée aux dictats de la mode libre et libertine dans laquelle l’or domine.

Dany_atrache_Couture_AH_2017-18Dany Atrache

Dans un autre style, beaucoup plus classique, Tony Ward se focalise uniquement sur le grand soir avec ses sources d’inspirations principales : la géométrie et les fleurs. Il s’amuse à mixer ces deux opposés dans une rencontre improbable, qu’il réunit avec brio avec des motifs géométriques floraux réinventés et délicatement brodés à la main. Il retravaille des volumes organiques qu’il recrée avec des soies vaporeuses.

Tony_Ward_Couture_AH_2017-18Tony Ward

Depuis 1997, Ziad Nakad a su s’imposer comme le couturier glamour du Liban et sa renommée a petit à petit dépassé les frontières, pour se faire connaître dans les Pays du Golfe, en Europe, en Asie et aux Etats-Unis. Son crédo, pour sa ligne couture, reste le soir avec des créations sophistiquées, richement brodées mettant le corps en valeur. Il interprète magistralement la saison hivernale, qui est le point de départ de sa collection, en intégrant sa vision romantique dans cette période aux couleurs magiques où le blanc prédomine. Sa reine des neiges façon mille et une nuit séduira à coup sûr.

Ziad_Nakad_Couture_AH_2017-18Ziad Nakad

Rami Al Ali, seul représentant de la Syrie, admirateur du corps de la femme et des lignes architecturales s’inspire des peintures de l’ange avec ses majestueuses ailes, pour sublimer la silhouette féminine dans un raffinement extrême.

Rami_Al_Ali_Couture_AH_2017-18Rami Al Ali

Nouvel inscrit à ce calendrier, Idan Cohen n’est pourtant pas un débutant. Installé à Tel-Aviv, il propose depuis 2011 ses créations glamour et sexy, qui ont déjà conquis de nombreuses personnalités du show-business. Au programme de cette première présentation parisienne : robes longues transparentes et broderies pour des tenues de soir. On retiendra ses jumpsuits brodés, ses bodys et ses ensembles courts portés avec des cuissardes assorties, qui apportent un coup de jeune à la surdose d’evening wear.

Idan_Cohen_Couture_AH_2017-18Idan Cohen

Pour la Russie, Yanina a imaginé un voyage au cœur de la Sibérie avec de jeunes matriochkas d’une fraicheur extrême. Elle sait à merveille mixer les clins d’œil aux traditions avec une attitude contemporaine. C’est exactement ce qu’on attend dans la couture et dans la mode en général, puisque cette dernière devient intéressante quand elle puise dans diverses origines.

Yanina_Couture_AH_2017-18Yanina

L’Asie s’impose de plus en plus comme un pays de créateurs de mode. Si le raffinement et l’avant-gardisme japonais se sont fait maintes fois remarquer en prêt-à-porter, cela est moins fréquent pour la haute couture, mise à part Hanae Mori, la première asiatique à avoir bénéficié de l’appellation « haute couture ». Jamais reconnue, pour son savoir-faire par la Fédération de la Haute couture et la Mode, Yumi Katsura quant à elle a intégré la Fédération de la Couture Asiatique et présente depuis des années sa vision du luxe à Paris, deux fois par an. Si le pays du soleil levant reste son inspiration principale, elle arrive cependant cette saison à y mixer une notion de mode occidentale qui apporte un peu de modernité.

Yumi_Katsura-Couture_AH_2017-18Yumi Katsura

Elle profite également de l’occasion pour présenter sa vision de la mode masculine couture, qui se révèle plutôt interessante et beaucoup plus dans les tendances que la ligne féminine.

Yumi_Katsura_Homme_Couture_AH_2017-18Yumi Katsura Homme Couture

La Chine, quant à elle, est représentée par Lanyu et Laurence Xu qui allient techniques ancestrales et design occidentaux. Il en résulte des collections « old fashion » avec quelques modèles qui tirent leurs épingles du jeu.

Lanyu_Couture_AH_2017-18Lanyu

Lanrence_Xu_Couture_AH_2017-18_©_Guillaume_RoujasLaurence Xu

Le Malaisien Didit Hediprasetyo a depuis longtemps dépassé les frontières de son pays pour imaginer une mode contemporaine, dans des lignes épurées, facile à porter. Il habille aussi bien pour le jour que pour le soir des filles qui aiment les vêtements bien taillés, mais surtout non ostentatoires. Son dressing est idéal pour une femme active dont la garde-robe doit se plier à chaque moment de la journée et jusqu’au bout de la nuit.

Didit_Hediprasetyo_Couture_Couture_AH_2017-18Didit Hediprasetyo

Originaire du Mexique, basé aujourd’hui à Montréal, Antonio Ortega propose sa vision très personnelle de la couture. Ici, pas de débauches de robes du soir, d’effets superflus, mais des tenues à porter au quotidien. Hélas, l’ensemble ressemble plutôt à un prêt-à-porter dont le seul intérêt est le tartan, pour les fans des carreaux!

Antonio_Ortega_Couture_AH_2017-18Antonio Ortega

L’Italie réputée pour son «show off » a créé la surprise avec la première collection d’Aelis. Ici, le luxe ne se mesure pas par le nombre de broderies, mais au contraire par la pureté des coupes réalisées dans des matières naturelles dans le respect du développement durable et minutieusement choisi par Sofia la créatrice de la marque.

 

Pour terminer, la Grèce a été représentée par l’Athénien Laskaris, devenu le couturier attitré des femmes puissantes du pays, avec des créations où l’architecture prend une place prépondérante.

Laskaris_Couture_AH_2017-18Laskaris

Ainsi que par la Chypriote Maria Aristidou et son concept de sur-mesure basé sur la maille de laine confortable et de lurex haut de gamme. Les broderies sont faites à la main, agrémentées de perles. Les motifs exclusifs sont créés par la créatrice.

Maria_Aristidou_Couture_AH_2017-18Maria Aristidou

Frédéric Blanc

About Fred

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *