Exposition Balenciaga, L’œuvre au Noir

By on 06/04/2017

Le Palais Galliera rend hommage aux créateurs espagnols tout au long de l’année 2017. Cette saga, qui se déroule en trois temps avec les Habits aux couleurs de l’Espagne à la Maison de Victor Hugo (21 juin – 24 Septembre 2017) se clôturera avec Mariano Fortuny au Palais Galliera (7octobre 2017 – 7 Janvier 2018), vient de débuter par le plus célèbre des créateurs ibériques ayant marqué l’histoire de la couture française : Cristobal Balenciaga.

 

Nommée « Balenciaga, l’œuvre au noir », cette installation au musée Bourdelle s’intègre dans la logique des expositions Galliera hors les murs et est organisée avec le soutien de la Maison Balenciaga. On y retrouve 70 modèles issues des fonds Galliera et des archives de la maison de couture allant des pièces de jour aux ensembles du soir et aux robes de cocktail, sans oublier les accessoires.

Du grand hall des plâtres, jusqu’à l’extension contemporaine de Portzampac, en passant par les ateliers de Bourdelle, les créations du couturier établissent un dialogue tranchant, noir sur blanc, avec ce grand maître de la sculpture du tournant du XXè siècle.

exposition Balenciaga

Uniquement basée sur les tenues noires, on y retrouve les racines de Balenciaga avec des inspirations puisées dans l’Espagne folklorique et traditionnelle de son enfance, son goût de l’épure mettant en évidence son talent de technicien hors norme avec ses lignes tonneau (1947), ballon (1950), semi-ajustée (1951), tunique (1955), sa célèbre robe-sac (1957)… et enfin son attirance monacale dont Dior disait de lui : « le vêtement était sa religion ».

exposition Balenciaga_L'oeuvre au noir

Le parcours va crescendo en partant des « ébauches et constructions », suivies de « silhouettes & volumes », puis de « noirs & lumières » et enfin de « noirs et couleurs ». Pour Balenciaga le noir était bien plus qu’une couleur ou une non couleur, mais une matière vibrante, tour à tour opaque ou transparente, mate ou brillante, tout en jeux de lumière qui doit autant à la somptuosité des tissus qu’à l’apparente simplicité des coupes.

Balenciaga l'oeuvre au noir Musée Bourdelle

Balenciaga l'oeuvre au noir Musée Bourdelle

Balenciaga l'oeuvre au noir Musée Bourdelle

Balenciaga l'oeuvre au noir Musée Bourdelle

Balenciaga l'oeuvre au noir Musée Bourdelle

Balenciaga l'oeuvre au noir Musée Bourdelle

expo Balenciaga l'oeuvre au noir Musée Bourdelle

Balenciaga, l’œuvre au noir : du 8 Mars au 16 Juillet 2017

Musée Bourdelle : 18 rue Antoine Bourdelle, Paris 15

Du mardi au Dimanche de 10h à 18h

Fermé les lundis et certains jours fériés.

Ouvertures exceptionnelles dimache15 avril, jeudi 25 mai, dimanche 4 juin et vendredi 14 juillet.

Tarifs : 10€ / 7€ et gratuit moins de 18 ans.

 

Biographie :

cristobal_Balenciaga

Cristobal Balenciaga est né le 21 janvier 1895 à Getaria, au pays basque espagnol, d’un père, José Balenciaga Basurto, marin-pêcheur et maire du village, et d’une mère, Martina Eizaguirre Enbil, couturière.

Il commence en 1907 son apprentissage comme tailleur, à la Casa Gomez de San Sebastian. En 1911, il entre comme tailleur au rayon confection des grands magasins « Au Louvre » à San Sebastian, où il devient chef d’atelier en 1913.

Des envies d’indépendance le poussent en 1917 à ouvrir sa première maison à San Sebastian au 2 rue Vergara, sous le nom de C Balenciaga. Puis en 1924, il crée sa première maison de haute couture Cristobal Balenciaga au 2 avenue de la Libertad à San Sebastian. Et enfin en 1927, il en ouvre une troisième sous le nom d’Elisa Costura, 10 rue Oquendo à San Sebastian.

En 1936, il quitte l’Espagne et limite momentanément l’activité de ses trois maisons.

Il arrive alors en France et fonde le 7 juillet 1937 sa maison de couture parisienne au 10 avenue Georges V, et présente en août sa première collection.

En 1944, les autorités Allemandes ordonnent sa fermeture ainsi que celle de Grès.

En 1945, il participe au Théâtre de la mode, spectacle organisé par la Chambre Syndicale de la Couture Parisienne au pavillon de Marsan.

Il lance la ligne « Tonneau » en 1947 et son premier parfum : « Le Dix ».

Il perd son plus proche collaborateur en 1948 et songe à se retirer de la mode. Christian Dior le persuade de ne pas abandonner et ses collections prennent alors des sonorités plus sombres et noires.

1950, André Courrèges entre comme coupeur chez Balenciaga.

Il s’ensuit des créations qui marqueront l’histoire de la mode comme le premier tailleur « semi-ajusté » en 1952, la robe « sac » en 1957, l’invention de la robe « Baby Doll en 1958. Cette même année il est nommé Chevalier de la Légion d’Honneur. Il engage alors Emanuel Ungaro.

En 1960, il imagine la robe de mariée de la Fabiola de Mora y Aragon, qui deviendra reine des Belges.

En 1968, il présente sa dernière collection parisienne, ferme sa maison de couture et se retire en Espagne.

Sa dernière apparition publique sera pour les obsèques de Gabrielle Chanel à Paris en 1971.

En 1972, il conçoit sa dernière création avec la robe de mariée de la Duchesse de Cadis, Carmen Martinez-Bordiu y Franco, petite-fille du général Franco.

Il s’éteint le 24 Mars à Xabia, près de Valence, et sera inhumé à Gétaria, sa ville natale.

 

Resté en sommeil, le nom rejoint le groupe Jacques Bogart SA en 1986, qui décide de relancer le prêt-à-porter en 1987 sous la direction de Michel Goma. Ce dernier est remplacé en 1992 par le designer néerlandais Josephus Thimister, qui tente alors une reconquête du monde du luxe au travers d’un travail digne de la haute couture permettant ainsi au nom de réapparaître.

Nicolas Ghesquière rejoint la maison en tant que concepteur de licence et est promu à la tête de la direction artistique en 1997. Une remontée spectaculaire commence alors dans les pages mode des magazines du monde entier et le nom Balenciaga devient une référence.

La maison est rachetée en 20O1 par le groupe Kering. Nicolas Ghesquière quitte son poste en 2012.

Le 3 décembre 2012 arrivée du styliste, taiwano-américain, Alexander Wang qui officiera jusqu’en 2015.

Octobre 2015, Demna Gvasalia, designer de la marque Vetements, prend les rênes de la direction artistique.

 

Texte et photos: Frédéric Blanc

About Fred

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *