« Cheveux chéris, frivolités et trophées »… une expo pour découvrir un support d’expression

By on 27/11/2012

Au croisement de l’anthropologie, de l’ethnologie, de l’histoire ancienne et contemporaine de la mode, ce sujet universel traverse les cultures européennes et non européennes. Le musée du Quai Branly s’interroge sur ce que les cheveux racontent des sociétés. Ici 280 pièces, photos, sculptures, peintures, coiffes, parures ou trophées rappellent l’importance accordée aux cheveux dans le monde.

« Cheveux chéris, frivolités et trophées » s’exposent au quai Branly

Objet d’attention millénaire, la mise en scène des cheveux est le reflet d’une époque, d’une culture ou d’un statut. Mais dans deux sociétés différentes, des cheveux lâchés ou rasés ne veulent pas dire la même chose. Les cheveux et leurs ornements sont un des marqueurs extérieurs de la personnalité et constituent une forme de coquetterie commune à de nombreux peuples.

Teintés, frisés, lissés, peignés, tressés ou détachés, il existe mille et une façon de s’arranger les cheveux et d’aménager sa coiffure. Ils obéissent à l’ordre social ou expriment la contestation de cet ordre. La chevelure dans sa diversité de matières et de couleurs est support d’expression et de communication des individus et des sociétés. La couleur des cheveux, ses variations et changements correspondent à des catégories de séduction. Au contraire, les expressions de rébellion affichent des codes opposés à la norme pour s’en démarquer. Zazous, punks, rockers par exemple furent jugés comme aberrants alors que leurs coiffures étaient de simples signes de reconnaissance de groupe.

« Ce sujet universel traverse les cultures européennes et non européennes. En explorer les métamorphoses révèle des aspects inattendus et complexes de la légèreté et de la gravité des hommes », explique le commissaire de l’exposition Yves Le Fur.

L’usage des cheveux dans les cultures non européennes concerne la parure et la séduction mais aussi les pouvoirs accordés à leurs anciens possesseurs, mèches, scalps et têtes pris à l’ennemi et les relations qui, par ces restes, peuvent être sollicitées, entretenues avec le monde des Ancêtres. Bien souvent, les ornements et leurs compositions servent à déterminer des groupes ou des clans, les droits héréditaires ou mérités de les porter.

Cette exposition se propose de rappeler l’importance accordée aux cheveux, ici et dans le monde, et comment, à travers les singulières attentions portées à leurs coiffures, sont valorisées l’estime de soi et la dignité humaine.
« Cheveux chéris, frivolités et trophées ». Musée du Quai Branly, quai Branly, 75007 Paris. Jusqu’au 14 juillet 20123. Tous les jours sauf lundi et 1er mai. Mardi, mercredi et dimanche : 11h-19h. Jeudi, vendredi et samedi : 11h-21h.

About Corinne

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *