Exposition : «La mode en temps de guerre POUR VOUS, MESDAMES ! »

By on 30/12/2013

La mode a toujours existé et, en toutes circonstances la femme a conservé le désir de rester belle et élégante. C’est pourquoi, le  Centre d’Histoire de la Résistance et de la Déportation (CHRD) de Lyon a souhaité explorer une nouvelle facette de la vie quotidienne des femmes en temps de guerre : la mode sous toutes les coutures !

Croquis d’un tailleur spécialement conçu pour l’utilisation du vélo_© Nicolas Fafiotte_Raymonde à Bicyclette

Croquis d’un tailleur spécialement conçu pour l’utilisation du vélo © Nicolas Fafiotte / Raymonde à Bicyclette

Pour cette nouvelle exposition, il était important de trouver un nouvel axe pour communiquer sur les temps de guerre et apporter une nouvelle approche historique. L’histoire de la mode comme phénomène social a trouvé sa place, depuis plusieurs années, dans la recherche universitaire, notamment grâce aux travaux de l’historienne Dominique Veillon. Il était donc important pour le CHRD de Lyon de montrer le rôle et les facettes de la mode dans cette ville si particulière qu’était Lyon durant la Guerre.

Coupons d’achat et cartes de vêtements_@PIERRE VERRIER

Coupons d’achat et cartes de vêtements: Au 1er juillet 1941, les articles à usage vestimentaire sont soumis au régime de bons d’achat. Face à la pénurie en articles textiles que la France connaît à cette date, principalement causée par les réquisitions allemandes, les Français sont astreints à un quota de trente tickets. Ce maigre contingent pour subvenir à ses besoins donne lieu à des prodiges d’inventivité pour en contourner les effets.

L’exposition retrace l’énergie déployée par les femmes pour continuer à se vêtir avec élégance, malgré les restrictions et les difficultés de la vie quotidienne, dans une ville devenue « capitale de la mode » du fait du repli de nombreuses maisons de couture parisiennes. Bien loin de la légèreté supposée du sujet, le vêtement et la mode représentent un enjeu culturel et économique important pendant la guerre et révèlent les stratégies mises en place par une société soumise à la pression des événements. Tandis que l’immense majorité des femmes, subissant de plein fouet les restrictions, récupère, recycle et transforme pour conserver allure et dignité, une minorité d’entre elles reste cliente de quelques maisons de haute couture et s’achète les robes  de créations réputées dont l’activité et la main d’œuvre qualifiée sont jalousées par les Allemands. La presse féminine de l’époque se charge d’établir un lien entre ces deux manières d’être et de s’habiller, offrant aux premières les informations sur les collections et les astuces nécessaires pour suivre la mode  en toutes circonstances.

Robe de cocktail  Maggy Rouff , 1942 _Tailleur, gilet et chaussures, 1943_Robe, 1944_Robe de jour, 1943-1944_© Pierre Verrier

Robe en taffetas crêpé de viscose noir, ruban de taffetas de soie noir, fermeture à glissière. Griffe crème tissée lettres noires : « MAGGY ROUFF / Av. des Champs-Élysées / 136. PARIS. 136 »  / Tailleur en tissus d’ameublement de velours de coton marron et chaussures à plateforme compensé recouvert du même tissu – 1943 / Robe en tissu de Bianchini Férier: taffetas de soie blanc imprimé jaune et marron et taffetas crêpé de rayonne marron dessiné par Raoul Dufy – 1944 / Robe de jour en taffetas de rayonne vert et crêpe de rayonne blanc imprimé de fleurs polychromes – 1943-1944. (archives Palais Galliera)

Chapeaux « Gilbert Orcel »Vers 1940-1941_1943-1944_Corsage, 1942_© Pierre Verrier

Chapeaux « Gilbert Orcel »Vers 1940-1941 :Feutre rouge, voile de mousseline imprimé à décor de fleurs blanches sur fond noir. Griffe blanche tissée lettres noires : « Gilbert Orcel / 5bis Rue du Cirque Paris (8e) » / 1943-1944: Feutre rouge, satin de fibranne rayé blanc et gris / Corsage, 1942 / 25 août 1944 : crêpe de rayonne blanc brodé de fils bleus et rouges formant un décor de bouquets, de drapeaux et d’extraits de la Marseillaise, du Tiffary et de la Madelon, dentelle de coton. (archives Palais Galliera)

chaussures, 1943_Chaussure en tissu vert à pois blancs_Sandale, 1940_© Pierre Verrier

Chaussures en velours de coton marron, semelle à plateforme à talon compensé – 1943 (Palais Galliera)Chaussure en tissu vert à pois blancs ( Musée international de la chaussure, Romans-sur-Isère) / Sandale  en ruban de reps amovible et semelle compensée en bois verni évidée – 1940 (Musée international de la chaussure, Romans-sur-Isère).

Une occasion unique de découvrir la mode de l’époque, les trucs et astuces des femmes pour rester dans les codes des tendances au travers de la presse, d’archives des maisons de coutures, de croquis, de photos et de films .

Couverture de presse 1940_© Pierre Verrier

Couverture de presse 1940

Tenue de Romy Schneider dans Le Vieux Fusil, 1975_© Stéphane Dabrowski_Sur le tournage de la série  Un village Français _© Thierry Delettre

Tenue de Romy Schneider dans Le Vieux Fusil, 1975: robe en crêpe imprimée noir et blanc et chapeau de paille noir, dit « ensemble de la scène de la communion » (Cinémathèque française, Paris) / Sur le tournage de la série « Un village Français »

Si vous êtes dans les environs de Lyon pour les vacances de fin d’année, ou bien si vous projetez une visite dans la région, n’hésitez pas à faire une halte. Vous avez jusqu’au printemps pour découvrir cette exposition au CHRD de Lyon, qui vient d’être ré-ouvert au public après plus d’un an de travaux.

La Mode en temps de Guerre POUR VOUS, MESDAMES ! : Du 28 Novembre 2013 au 13 Avril 2014

Centre d’Histoire de la Résistance et de la Déportation : 14 avenue Berthelot 69007 Lyon

Ouvert du Mercredi au Dimanche de 10h à 18h

Pour toutes informations sur les visites guidées et les conférences rendez-vous sur le site : www.chrd.lyon.fr

Frédéric Blanc

 

About Fred

One Comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *