Haute Couture Automne-Hiver 2016-17

By on 15/07/2016

La haute couture parisienne comprend 20 membres qui sont répartis en deux catégories : Les maisons françaises dont seulement 10 sur 13 ont présenté durant cette semaine et 7 membres correspondants non basés en France possédant également le label Haute Couture. 

Principalement destinées au soir les créations des couturiers se focalisent sur cette période de la journée pour leurs clientes toujours avides de tenues d’exception à l’occasion leurs soirées où le mot d’ordre est une robe unique pour une femme unique. Cependant, certains pensent aussi aux femmes actives dont l’emploi du temps requiert des tenues chic à porter au quotidien, tout en apportant le plus de la haute couture qui fait toute la différence. Adeline André, que nous n’avions pas vue sur les podiums depuis 1 ans, y consacre une bonne partie de sa collection. Fidèle à son style, ses tenues sont légères dans des coupes irréprochables, simples au premier regard et pourtant d’une extrême complexité. La palette de couleurs va des tons francs aux pastels pour des femmes esthètes de tout âge, que l’on imagine en chefs d’entreprises ou en artistes et dont le déclic d’achat relève d’une démarche intellectuelle, afin de révéler leur véritable personnalité.

Adeline_Andre_HC_FW_2016-17_©_Olesya_Okuneva

 

Atelier Versace, qui nous a habitués à l’ultra sexy, a revu sa copie pour nous livrer des propositions presque portables au quotidien avec des trenchs et des petites robes à mi-chemin entre le jour et le cocktail. Donatella s’exerce au travail de l’asymétrie pour retravailler les proportions. Les robes du soir restent le meilleur allié de la femme désirant se faire remarquer par sa plastique impeccable et moulée dans une robe seconde peau agrémentée de broderies et de découpes.

Atelier_Versace_HC_FW_2016-17

Christian Dior aura été incontestablement cette semaine la maison dont le nom a couru sur toutes les lèvres. Dernière collection dessinée par le duo Serge Ruffieux et Lucie Meier, co-directeurs du studio, qui sera remplacé dès Septembre 2016 par Maria Grazia Chiuri dont l’arrivée a été confirmée vendredi 8 juillet et qui proposera ses premières créations lors de la semaine du prêt-à-porter printemps-été 2017.

Diplômée de l’Institut Européen de design de Rome, elle a commencé sa carrière en tant que spécialiste des accessoires chez Fendi. C’est d’ailleurs au travers d’eux qu’elle commence à travailler en binôme avec Pierpaolo Piccioli chez Valentino. En 2008, ils sont nommés nouveaux directeurs artistiques de la marque.

Grande première pour Dior, qui l’impose comme la première femme à la tête de la création. Grand changement également pour elle qui devra dorénavant travailler seule et, pour la réalisation des collections, quitter l’Italie au profit de l’Avenue Montaigne.

Maria-Grazia-Chiuri

Amorce d’un changement annoncé, la collection Automne-Hiver se focalise sur le noir et blanc où de délicates broderies viennent enrichir subtilement les tenues composées des pièces iconiques de la maison qui sont réinterprétées de façon beaucoup plus légères et poétiques, la rigueur faisant place à beaucoup plus de féminité.

Dior_HC_FW_2016-17

Giambatista Valli transforme ses clientes en reines. Au top de son art, il propose un vestiaire à 100% haute couture où rien n’est trop beau pour celles qui l’adoptent. C’est pourquoi, il s’associe cette saison au Joaillier italien Buccellati pour parer ses tenues.

Giambattista_Valli_HC_FW_2016-17_Joaillerie_Buccellati

Même si l’on retrouve de nombreuses références historiques comme les tailles Empire, les cols Tudor, l’ensemble reste moderne et la préciosité des broderies n’est jamais ostentatoire, elle reste juste. Les robes de bal gigantesques en montagne de tulle terminent en apothéose le show.

Giambattista_Valli_HC_FW_2016-17

Aussi attendu pour ses vêtements que pour son décor, Chanel n’a pas failli à sa réputation. Cette saison le Grand Palais a été transformé en atelier géant afin de rendre hommage aux petites mains sans lesquelles la maison ne serait rien. Les mannequins ont défilé au milieu du staff exécutant son travail quotidien, plongeant ainsi l’assistance dans une ambiance habituellement réservée aux initiés.

Côté mode, une large place est attribuée aux tenues de jour dans lesquelles ont retrouve l’éternel tailleur en tweed que Karl Lagerfeld retravaille sans cesse pour mieux le faire évoluer au fil des années. L ‘allure masculine, chère à Coco Chanel, se retrouve dans les coupes que les broderies viennent féminiser.

Chanel_HC_FW_2016-17_Tailleurs_jour

Les robes sont à l’honneur pour le soir se parant de mitaines et de cuissardes noires pour une allure jeune et déterminée.

Chanel_HC_FW_2016-17_Soir

Pour Alexis Mabille, la haute couture ne se destine pas à la journée ni aux « petites soirées ». Fourreaux, robes de bal, ensembles pantalons à destination de grands événements voilà d’après lui le vestiaire idéal d’une cliente couture. Pas de coupes vraiment avant-gardistes, mais de bons basiques revisités et twistés par des effets de coupes et de nœuds comme si le mannequin avait noué son trench par les manches pour en faire une jupe. Toutes ces propositions dans les tons pastels semblent idéales pour des mariages princiers, des grands bals et les tapis rouges.

Alexis Mabille_HC_FW_2016-17

Pas de défilé pour Stéphane Rolland, qui a préféré recevoir dans ses salons afin de présenter ses nouvelles créations architecturales dans les tons de noir, blanc et chair. Il aime transformer ses clientes en œuvres d’art vivantes en n’oubliant jamais la féminité avant tout, par des jeux de découpes ou de transparences.

Stephane_Rolland_HC_FW_2016-17

Il est à noter que pour la première fois le couturier a profité de l’occasion pour présenter une collection capsule de Haute Fourrure.

Stephane_Rolland_Haute_Fourrure_FW_2016-17

Les créations Armani se reconnaissent au premier coup d’œil et la collection Giorgio Armani Privé ne fait pas exception. Raffiné, pur, géométrique et architecturé, le style continue de s’affirmer dans des coupes masculines qui se fémininent pour habiller des femmes ultra élégantes. Les imprimés, chers au couturier, comme le pied-de-poule et les ronds se mêlent aux motifs cinétiques aussi bien pour le jour que pour le soir. Si, habituellement on qualifie les créations italiennes d’outrageusement sexy, ici c’est tout en subtilité que le couturier dévoile le corps par des jeux de transparences, de broderies géométriques et ajoute cette saison à ces lignes pures des nœuds, clins d’œil à la couture traditionnelle.

Giorgio_Armani_Prive_HC_FW_2016-17

Alexandre Vauthier s’impose de saison en saison comme l’empereur de la sexy attitude. Qui d’autre que lui serait capable de rendre une parka, un pantalon cargo ou un legging objets de désir ? Il sublime la femme comme personne, quoiqu’elle porte, elle devient le centre d’intérêt. On rêve d’une nouvelle armée devant ses tenues militaires brodées par les ateliers Lesage. Les accessoires et les looks les plus simples comme les ceinturons à gros œillets se réinventent en robes moulantes et les combinaisons de pompistes en pièce d’exception. Les rappels aux années 80 sont toujours présents, mais vivent une seconde existence aux travers de ses mains pour devenir son propre style parfaitement en adéquation avec notre époque.

Alexandre_Vauthier_HC_FW_2016-17

Alexandre_Vauthier_Haute_Couture_FW_2016-17

Franck Sorbier est un raconteur d’histoires. Chacune de ses présentations est un voyage initiatique dans son univers. Rendez-vous sur une des plus belles terrasses parisiennes, celle de l’hôtel Raphael pour un décollage immédiat vers les contes slaves. C’est lors de son dernier voyage à Saint-Pétersbourg que l’esprit de la collection s’est imposé à lui. Hommage à la Dame en noir avec des robes et des manteaux ultra travaillés reflétant le style Sorbier.

Franck_Sorbier_HC_FW_2016-17_©_ Piero_Biaison

Pour jouer le contraste de ces tenues sombres et sobres, une ribambelle de petites filles arborait des tenues couture ultra colorées faisant références aux costumes traditionnels.

Franck_Sorbier_HC_FW_2016-17_Enfant_©_ Piero_ Biaison

Elie Saab reste fidèle au grand soir. Si, depuis quelques saisons, il s’amuse à décaler son style prouvant l’actualité de ses robes par une accessoirisation originale, il revoit cette fois-ci tous ses codes et puise dans l’Art Déco pour inventer de nouvelles formes et de nouvelles broderies pour encore plus de modernité.

Toujours dans le mouvement et fasciné par le monde des élégantes, il s’inspire de New-York, la ville qui ne dort jamais et où les nuits s’animent de somptueuses fêtes. A l’image de la grande époque du cinéma Américain dans lequel les actrices étaient de véritables stars, la femme Elie Saab offre sa plus belle image au monde et le fait d’être mère n’enlève en rien à son charme, bien au contraire, puisque le couturier invente dorénavant le vestiaire idéal de sa petite fille.

Elie_Saab_HC_FW_2016-17

Elie_Saab_HC_FW_2016-17_Enfant

Jean Paul Gaultier n’a pas son pareil pour partir d’un sujet, improbable à la base, pour imaginer une collection. Pari réussi une fois de plus avec le bois comme point de départ et dont chaque tenue est baptisée d’un jeu de mots en rapport avec ce matériau. Comme toujours, les propositions sont modernes, portables avec une large gamme destinée au jour dans de sublimes matières où les impressions bois dominent et où le cuir et la fourrure restent des valeurs sûres, le tout dans des tonalités automnales.

Jean_Paul_Gaultier_HC_FW_2016-17

Le soir reste fidèle au thème au travers de robes et d’ensembles mettant le corps en valeur. Une mention spéciale pour la revisite de la tenue de bucheron version soir, qui symbolise à merveille l’esprit ludique et toujours jeune du couturier. Le plus compliqué dans cette collection sera pour les clientes : comment choisir une ou deux pièces et ne pas tomber dans la frénésie d’achats compulsifs !

Jean_Paul_Gaultier_Haute_Couture_FW_2016-17

Viktor & Rolf ne se contentent pas de réaliser une collection mais amènent à réfléchir sur le gaspillage et en particulier sur l’ultra consommation vestimentaire. Pour cela, ils puisent dans certains vêtements et tissus des saisons passées pour réinventer un présent. Le recyclage devient oeuvre d’art au travers de leur passion de la mode et par la magie de leurs ateliers, dont le fait main reste la valeur sûre de la haute couture.

Viktor_&_Rolf_HC_FW_2016-17

Valentino vient de présenter sa dernière collection avec le duo Pierpaolo Piccioli et Maria Grazia Chiuri , cette dernière, comme annoncé plus haut, rejoignant la Maison Dior.

Maria-Grazia-Chiuri_Pier-Paolo-Piccioli

Théâtrale, mais portable ce dernier opus à 4 mains résume à merveille la complicité et la complémentarité de ces deux directeurs artistiques, qui puisent dans l’univers shakespearien tout en le mixant à des détails ultra modernes comme les bottes de motard en cuir noir, des pantalons skinny et des accessoires punk-médiévaux. Un clin d’œil au créateur de la maison Monsieur Valentino Garavani avec le rouge, sa couleur fétiche qui vient clôturer le show.

A coup sûr, tout comme Dior, le prochain défilé Valentino fera l’objet d’une attention particulière de la part de tous afin de découvrir les créations réalisées par Pierpaolo Piccioli, désormais seul aux commandes de la maison.

Valentino_HC_FW_2016-17

Le plus grand événement de cette Fashion Week aura bien sûr été la présentation de la nouvelle collection Pierre Cardin au Château du Marquis de Sade à Lacoste.

Rendez-vous à Roissy pour 300 invités afin de décoller dans un avion spécialement affrété par le grand couturier qui, du haut de ses 94 ans, n’hésite pas à faire les choses en grand.

Pierre_Cardin_HC_FW_2016-17_©_Olesya_Okuneva

Fidèle à son style, il propose toujours les mêmes codes d’un futur imaginé dans les années 70 avec du vinyle, des formes géométriques, du mini, des incrustations de motifs et bien sûr des lunettes de soleil dignes des films futuristes. Pour le soir, la femme Cardin aime se parer de longues robes en paillettes qui ne laissent jamais indifférent.

Pierre_Cardin_HC_FW_2016-17

L’homme n’est pas oublié dans ses collections. Il le pare également d’ensembles en vinyle, lui réinterprète ses accessoires avec de nouvelles formes de cravates ou de bretelles.

Pierre_Cardin_Homme_FW_2016-17

A l’occasion de ce défilé, composé de 200 modèles, un pop-up store a vu le jour à deux pas du château dans le village de Lumières proposant à la vente, en exclusivité et ce jusqu’au 1 Septembre, une partie de la collection ainsi que les accessoires.

Pop_up_Store_Pierre_Cardin_©_Olesya_Okuneva

Pop-up Store Pierre Cardin chez Edith Mezard au Château de L’Ange à Lumières.

Frédéric Blanc

About Fred

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *