La Haute Couture fait son show

By on 16/02/2015

Il est bien fini le temps où les présentations de mode se faisaient en petit comité dans les salons des maisons. Depuis les années 90, avec l’arrivée des créateurs stars comme Mugler, Montana, Gaultier, Galliano et Mc Queen, les choses ont bien changé et les défilés se sont transformés en véritables spectacles.

Cette semaine de la Haute Couture Printemps-été 2015 n’a pas dérogé à la règle et, comme à l’accoutumée, c’est la Maison Italienne Atelier Versace qui a ouvert le bal des festivités. Le show a tout d’abord commencé dans la rue avec le bal des limousines déposant les stars venues y assister. C’est dans l’enceinte du bâtiment de la Chambre du Commerce et de l’Industrie que la collection a été présentée dans un rythme soutenu ne laissant aucune minute à l‘ennui. Les plus belles filles du moment étaient toutes sur le podium pour présenter une collection typiquement Versace, contemporaine, sexy, couture où le corps est à son apogée par une maîtrise parfaite de la coupe et de l’art des découpes. Pour clôturer ce moment d’élégance moderne les top models Eva Herzigova et Amber Valletta ont fait leur apparition pour le plus grand plaisir des convives constatant que le temps ne semble pas avoir de prise sur elles.

Atelier-Versace_haute_couture_SS15

La Maison On Aura Tout Vu, qui s’est distinguée une fois de plus dans le monde des arts en 2014 avec la création des costumes du ballet Casse-Noisettes au grand Théâtre de Genève, a décidé pour sa collection été 2015 de démontrer son savoir-faire en adaptant les tenues de scène pour ses clientes. Pour mieux immerger le public dans le conte de Marius Petipa, la vidéo du ballet a été projetée sur les murs du club 79 et les costumes du ballet exposés sur des mannequins Cofrad . A la surprise générale, le chorégraphe Jeroen Verbruggen a fait son entrée en préambule du show habillé en Drosselmayer pour exécuter une danse d’introduction.

Les tenues se sont ensuite enchaînées, allant d’un vestiaire de jour en passant par les ensembles de cocktails pour finir par les robes du soir, sans jamais tomber dans la simplicité, mais privilégiant l’extraordinaire pour mieux sublimer les femmes qui les portent. Le show s’est clôturé par une seconde interprétation de la danse du Prince des noix par Jeroen Verbruggen accompagnant une mariée voilée de cristal et arborant une broderie annonçant la couleur: « No Violence Just Danse », en hommage aux cruels événements de Janvier.

On_Aura_Tout_Vu-Couture_SS15_©_Jean_Louis_Coulombel

Quand on parle de show, on pense immédiatement à Chanel, qui n’a pas dérogé à la règle dans son lieu privilégié du Grand Palais. Un décor de serre à été monté dans lequel des plantes imaginaires ont fait éclore leurs fleurs multicolores, afin d’accueillir les plus belles d’entre-elles : les créations de Karl Lagerfeld. Les fleurs, meilleures amies des femmes avec les diamants, font de la cliente Chanel Printemps-été une femme lumineuse, colorée, fraîche et délicate. Les silhouettes aux lignes douces et arrondies se parent de couleurs rose, orangé, rouge, bleu électrique, jaune pollen, vert sève, noir et blanc et s’accessoirisent de capelines vaporeuses tels des nuages, ou de bonnets à voilettes pour une féminité extrême.

Chanel_Haute_Couture_SS15

Jean Paul Gaultier, qui se consacre désormais uniquement à sa haute couture, a proposé une ode au plus beau jour d’une femme, celui de son mariage. Comme chaque saison, ce défilé, organisé dans les propres murs du couturier, fait partie des plus attendus quant aux surprises concoctées par le maître des lieux. Accueillis comme il se doit avec champagne et bouquets de fleurs, les convives ont assisté à un véritable cortège de tenues allant du matin au soir avec un clin d’œil aux mariées sans pour autant tomber dans le cliché. Jean Paul Gaultier démontre une fois de plus son talent de couturier contemporain et prouve que l’art de la robe de mariée est vaste et une pure tradition de la haute couture.

Jean_Paul_Gaultier_Haute_Couture_SS15_©_Patrice_Stable

Clou du spectacle, l’apparition de ses mannequins fétiches comme invités surprise avec Claudia Huidobro, Violetta Sanchez, Christine Bergstrom et Naomi Campbell.

Claudia_Huidobro_Violetta_Sanchez_Christine_Bergstrom_et_Naomi_Campbell_Gaultier_Paris_Haute_Couture_SS15_©_P_StableClaudia Huidobro, Violetta Sanchez, Christine Bergstrom et Naomi Campbell

Franck Sorbier, habitué à présenter ses créations dans des mises en scène particulières, a fait très fort cette saison en nous conviant à l’oratoire du Louvre, église protestante réputée pour son décor majestueux. Une fois l’assistance installée, un brouillard a envahi le sol et une pluie de bulles de savon est descendue du ciel pour accueillir les mannequins parées de robes délicates en hommage à « Pirate », le compagnon à plumes récemment disparu du couturier.

Franck_Sorbier_Haute_Couture-SS15_©_Piero_Biasion

Serkan Cura, le spécialiste de la plume, a préféré un lieu loin de son univers délicat avec un parking aux murs bruts. L’adage « les opposés s’attirent » a parfaitement pris forme ici avec un contraste saisissant d’une couture expérimentale montée sur des bases classiques de bustier. L’hybridation entre délicatesse des plumes, force des corsets et souplesse contre rigidité, le tout dans ce lieu où plus rien ne semble exister, nous a plongé le temps d’un instant dans un univers à la « Hunger Games ».

Serkan_Cura_Couture_SS15_©_Victor_Boyko

Giambattista Valli Va s’est imposé très naturellement comme un grand couturier .Ses défilés toujours grandioses se distinguent par une mise en scène soignée, mais surtout se transforment en véritables shows par sa haute couture féminine hors du temps avec savant mélange de techniques et de formes classiques et l’apport de modernité tout en subtilité pour des femme élégantes, raffinées qui n’ont pas peur d’assumer leur élégance.

Giambattista_Valli_Haute_Couture_SS15

Il faut voir un défilé Giorgio Armani Privé au moins une fois dans sa vie pour comprendre ce qu’est un show de mode vu par un des plus grands couturiers italiens. Le noir, omniprésent dans tout son univers, est sa signature et il sublime ses tenues étincelantes telles des pièces de joaillerie. Pour sa nouvelle collection, il s’inspire de la nature, plus particulièrement du bambou, pour illustrer la femme forte, au physique souple et délié, qui incarne son esthétique. Le style Armani est bien présent. On le retrouve d’ailleurs ici, sur ses créations toujours reconnaissables au premier coup d’œil,  sur les lignes évanescentes du bambou. Pour parfaire cette descente dans le monde végétal, une forêt de bambou a été installée comme pour permettre aux tenues de sublimer la nature à l’occasion de ses 10 ans de Haute Couture.

Giorgio_Armani_Privé_Haute_Couture_SS2015

Viktor & Rolf, très habitués à faire de leurs présentations de réels show par des mises en scène incroyables, ont décidé cette fois-ci de tout parier sur leurs créations qui, à elles seules, remplacent le plus beau des spectacles. Les imprimés floraux, grande tendance pour la saison estivale, envahissent les robes en version XXL, ne se contentant pas d’une vision en aplat, les pétales en tissus multicolores donnent un effet 3D. Les immenses chapeaux de paille véritable finissent de nous transporter dans un monde digne du magicien d’Oz pour un dépaysement total loin de la réalité.

Viktor_&_Rolf_Haute_Couture_SS15_©_Team Peter Stigter

Elsa Schiaparelli a toujours été réputée pour sa mode atypique, si personnelle et inspirée par les arts. Comment imaginer son retour en Haute Couture sans une image détonante mixant tradition et modernité ! Dépourvue de directeur artistique, Marco Zanini ayant été démi de ses fonctions, c’est le studio qui a pris en charge la collection. Audace et raffinement extrême sont au rendez-vous pour une allure féminine aux silhouettes élancées. Tous les codes de la Maison sont présents illustrant le caractère intemporel du lexique Schiaparelli et son obsession pour les cœurs transpercés, les cadenas ou encore la constellation de la Grande Ourse.

Elsa_Schiaparelli-Haute_Couture_SS15_Paris

Une simple présentation n’aurait pas suffi pour illustrer cet univers qui débuta en Janvier 1935 avec la collection « Stop, Look & Listen », définissant les bases de la création mixant haute couture, performance live et collaboration avec des artistes. C’est à Jean-Paul Goude qu’est revenue la mission de sublimer cette nouvelle collection au travers d’une nouvelle expression baptisée « Sound & Vision » afin de plonger de façon parfaite les invités dans les codes Maison.

Elsa_Schiaparelli_Couture_SS15

Frédéric Blanc

 

About Fred

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *