Les collections Printemps été 2016 vues par Fashion-spider

By on 13/11/2015

Parmi les 91 défilés et les multiples présentations et show-rooms, Fashion-spider vous propose ce qu’il ne fallait pas manquer durant cette semaine intense, surtout les événements qui ne cessent de se succéder avec les départs des directeurs artistiques de Dior et de Lanvin.

Albert_Elbaz_et_Raf_SimonsAlbert Elbaz et Raf Simons

Dernière collection pour Albert Elbaz chez lanvin qui, suite à un désaccord avec la direction a mis fin à 14 ans de collaboration. Pour les fans du style de celui qui a su remettre le nom dans les dressings des élégantes du monde entier, cette collection est absolument incontournable.

Lanvin_PaP_PE_2016

De nombreuses rumeurs courent sur ce départ et les réelles motivations du couturier, qui a déjà fait ses preuves auparavant chez Guy Laroche, Yves Saint-Laurent et Krizia. Beaucoup pensent qu’il part chez Dior, sachant qu’une semaine auparavant Raf Simons a décidé de ne pas renouveler son contrat en déclarant vouloir se consacrer à sa propre griffe. A l’heure actuelle, aucune confirmation ne s’est fait entendre mais les spéculations vont bon train avec les noms de Lucas Ossendrijver, Simone Rocha, Pedro Lourenço ou Huishan Zhang pour Lanvin et Riccardo Tisci, Phoebe Philo, Stefano Pilati, Jonathan William Anderson ou Joseph Altuzarra pour Christian Dior dont on attend avec impatience un renouveau, afin de parler plus des collections que des décors dans les journaux du monde entier !

Christian_Dior_PaP_PE_2016

Clap de fin également pour Alexander Wang chez Balenciaga. La nomination de son remplaçant a déjà été annoncée au travers du très médiatique Demna Gvasalia dont la marque VETEMENTS a créé le buzz durant cette semaine.

VETEMENTS_PaP_PE-2016

Agé de 34 ans, Géorgien de nationalité allemande et diplômé de la Royal Académy of Fine Arts d’Anvers, il lance sa première collection en 2007 lors de la fashion week de Tokyo. En 2009, il intègre la Maison Martin Margiela, où il dirige les collections Femme jusqu’en 2013. Il devient ensuite Senior Designer des collections prêt-à-porter femme chez Louis Vuitton, avant de se consacrer à sa propre marque qui défile à Paris depuis 2014.

Demna_Gvasalia_final_show_Vêtements_PE_2016Demna Gvasalia final show VETEMENTS

Parmi les collections à suivre absolument, Courrèges est très certainement la meilleure. Le duo Coperni, fondé par deux français Sébastien Meyer et Arnaud Vaillant a insufflé le nouvel esprit Courrèges en conservant son ADN. De retour sur les podiums après 13 ans d’absence, le tandem a opté pour une collection faite de 15 pièces (veste, mini-jupe, pantalon, mini-robe à pressions) déclinées en 15 matières (vinyle, cuir, daim… ) dans de nombreuses couleurs, symboles de la maison.

Courrèges_PaP_PE_2016

Barbara Bui reste fidèle à son style rock qui, tel le fil conducteur, s’adapte à toutes les circonstances. Pour cet été, elle réveille l’aventurière qui sommeille en vous avec des bermudas, des blousons, des chemises, des capes et des brassières coupées dans des cuirs et des daims. La chemise en popeline de coton renforce le côté masculin, tout comme les tailleurs pantalons de couleur, et les franges parsèment la collection tout en légèreté. La sexy attitude n’est pas oubliée et atteint son paroxysme le soir dans des tenues dévoilant le corps.

Barbara_Bui_PaP_PE_2016

Andrew GN, qui a subi une intervention cardiaque et n’a pas pu être des nôtres pour cette présentation, a opté pour une femme sage, féminine donnant la part belle aux mini-robes et aux imprimés fleuris. Hyper romantiques, ces tenues illustrent parfaitement la belle saison et les vacances

Andrew_GN_PaP_PE_2016

Dans un autre style Lutz Huelle s’adresse à la jeune femme urbaine et moderne, qui arpente les rues de la ville. Le vestiaire comporte de bons basiques comme les trenchs, les chemises, les cuirs, les jeans, les mini-jupes à gros sequins, qui mixés entre eux font la garde-robe d’aujourd’hui. A noter les cuissardes qui finissent parfaitement bien l’ensemble des propositions.

Lutz_Huelle_PaP_PE_2016

Elie Saab, fidèle à son style à l’élégance zéro défaut, apporte une touche de sportwear dans son prêt-à-porter avec des blousons, des chemises, des shorts et des robes plus décontractés. Le résultat fonctionne à merveille en apportant un sérieux coup de jeune aux tenues les plus classiques. Le couturier déclare qu’aujourd’hui il n’y a plus de tendances, la femme souhaite mixer ses tenues et imaginer sa propre mode. Avec ses nouvelles propositions il leur apporte une nouvelle vision de sa griffe.

Elie_Saab_PaP_PE_2016

Depuis l’arrivée de Fausto Puglisi à la tête de la création, Emanuel Ungaro est indéniablement devenu le défilé à suivre. L’ADN maison a repris sa place couplé à l’univers du créateur qui, de saison en saison, complète le vestiaire de propositions toujours plus innovantes pour une femme libre qui s’habille pour se faire plaisir.

Emanuel_Ungaro_Pap_PE_2016

Anrealage a fait une fois de plus le buzz avec une présentation atypique. Casque audio sur les oreilles, le public est invité à utiliser son smartphone pour flasher les tenues qui défilent devant lui, afin de faire apparaître l’invisible. Dans sa volonté d’introduire les tissus techniques sensibles à la lumière, il souhaite offrir deux tenues en une seule. Grâce aux flashs des motifs, des couleurs apparaissent et transforment la pièce initialement unicolore.

Anrealage_PaP_PE_2016

Agnès b a profité de la Fashion week pour fêter ses 40 ans de mode. Pour la créatrice, il est davantage question de faire ce qu’elle aime plutôt que de s’obliger à coller à des tendances imposées par les bureaux de style. Ce choix qu’elle suit depuis ses débuts semble lui réussir puisqu’aujourd’hui elle fait partie du cercle très fermé des maisons qui n’appartiennent pas un groupe dépersonnalisant les marques de leur âme.

Agnèsb_PaP_PE_2016

A l’occasion de cet anniversaire, la boutique mythique de la rue du jour, premier lieu de vente ouvert en 1976 dans une ancienne boucherie, vient de subir un sérieux lifting en laissant la place à deux espaces bien distincts et entièrement repensés par Agnès b.

Agnèsb_Boutique_rue_du_Jour

Un espace junior, « chez b » avec une devanture bleue et blanche proposant une sélection de vêtements casual, des t-shirts, des produits de la ligne sport b… L’autre porte s’ouvre sur un espace plus intime, conçu comme un dressing où l’homme Agnès b trouve des costumes, des chemises et d’autres pièces du vestiaire masculin dont certaines sont labellisées «Prestige».

Dans les présentations, il est à noter celle de la Maison de couture Schiaparelli qui innove avec un prêt-à-couture sur mesure. Bertrand Guillon impose la marque comme une véritable maison de luxe et surtout d’exception avec son nouveau concept exclusivement vendu place Vendôme. Il y propose une mode confortable, pratique, ludique et surtout portable pour des femmes chic, décalées et avides d’originalité. Toutes les pièces sont transformables dans une certaine limite et ajustables à la morphologie de chacune. Une ligne d’accessoires de maroquinerie vient compléter ce vestiaire de la nouvelle élégante.

Dans le même esprit couture, Bouchra Jarrar propose un prêt-à-porter de luxe. A l’image de la haute couture, les pièces sont simples, raffinées et coupées dans des tissus avec des tombés zéro défaut. La femme active trouve ici tout ce qui lui faut pour vivre son quotidien avec la touche qui fait toute la différence. On adore plus particulièrement les trenchs issus du dressing masculin, comme de nombreuses pièces qui se mixent parfaitement à celui de la femme.

Maison_Bouchra_Jarrar_PaP_PE_2016

David Vincent Camuglio a choisi depuis longtemps de ne plus défiler, mais plutôt de présenter sur rendez-vous dans son show-room parisien. Ses créations que l’on pourrait penser couture au premier coup d’œil sont en fait du prêt-à-porter produit en petites séries. Il s’intéresse cette saison au corps et à l’esprit et transpose différents éléments au travers des découpes, des plis, des volants…. pour une mode intellectualisée.

David-vincent_Camuglio_PaP_PE_2016

Greta Constantine, marque Canadienne, basée à Toronto, imaginée par Kirk Pickersgill et Stephen Wong, ne cesse de se démarquer par ses présentations durant les fashion weeks parisiennes. Après le noir de la saison dernière, le blanc devient le leitmotiv de l’été. Les robes et les ensembles immaculés apportent la touche estivale et l’esprit couture qui fait le plus de la griffe et dont les clientes raffolent.

Greta_Constantine_PaP_PE_2016

Jitrois, le spécialiste du cuir de luxe, ne se lasse pas de sa matière fétiche et ne cesse d’innover et d’inventer de nouvelles façons de le porter. Perforée façon dentelle, brodée de perles, de fils de métal, frangée, la peau semble ne plus avoir de limites pour le couturier et cette collection le prouve une fois de plus.

Jitrois_PaP_PE_2016

La maison d’accessoires Yazbukey a pris l’habitude de défiler au milieu de cette semaine et c’est toujours avec beaucoup d’impatience que l’on attend ce moment, afin de découvrir l’univers onirique de sa créatrice, princesse ottomane exilée à Paris. Les spectateurs n’ont pas été déçus avec une réinterprétation burlesque du « Jardin des délices » de Jérôme Bosch. Luxure, orgie antique étaient au rendez-vous, le tout orchestré par Ana Cleveland et François Sagat mettant en avant les dernières créations toujours pleines d’humour.

Yazbukey_accessoires_2016_©_paul_mouginot

Frédéric Blanc

About Fred

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *