Les membres invités à défiler au calendrier haute couture Printemps-été 2017

By on 31/01/2017

La haute couture, symbole du savoir-faire français, fait rêver le monde entier et le calendrier de la fédération de la couture en est la parfaite illustration avec ses 28 défilés et ses 3 présentations sur rendez-vous en 4 jours, sans compter les dizaines de défilés « off » qui viennent se greffer à ce planning déjà surchargé !

 

Instauré par Didier Grumback, ancien président de la fédération, une dérogation votée en commission permet à quelques maisons, en plus de celles labélisées haute couture, de défiler durant cette semaine afin de permettre à de nouveaux noms de bénéficier d’une visibilité plus grande en présentant leurs créations, sans pour autant prétendre au label haute couture. Ce principe a d’ailleurs permis à Schiaparelli et Julien Fournié d’accéder au rang de maison de haute couture après avoir démontré depuis plusieurs années leur savoir-faire.

Pas moins de 6 nouveaux noms sont venus enrichir les rangs des membres invités, les portant ainsi à 14 membres internationaux démontrant le caractère mondial de la Paris fashion week.

Parmi ces derniers, on retrouve :

Maison Rabih Kayrouz, qui fait son retour à ce calendrier non pas pour présenter sa vison de la haute couture, mais son prêt-à-porter de luxe automne-hiver 2017-18 et gagner ainsi du temps face aux acheteurs par rapport à celles qui présenteront en Mars.

Rabih_Kayrouz_©_Raphael_LugassyRabih Kayrouz

Né au Liban et diplômé à l’Ecole de la Chambre Syndicale de la Couture Parisienne, Rabih Kayrouz a fait ses classes chez Dior et Chanel avant de retourner à Beyrouth pour y fonder sa maison en 1998 où, durant 10 ans, il imagine des pièces uniques. Depuis 2009, il est installé à Paris où il présente ses collections au calendrier officiel tour à tour de la haute couture et du prêt-à-porter.

Maison_Rabih_Kayrouz_AH_2017-18_©_Persona_Editions

Maison Rabih Kayrouz : 38 boulevard Raspail, Paris 7.

-l’arrivée plus que méritée du couturier libanais Georges Hobeika, qui défile deux fois par ans à Paris depuis 2001 avec ses collections couture. Les créations sont disponibles dans la capitale de la mode depuis 2010 dans son showroom du 8ème arrondissement. Amoureux des savoir-faire, il collabore avec les meilleurs artisans français pour la réalisation de ses modèles.

Georges_HobeikaGeorges Hobeika

Pour cette entrée officielle, le couturier reconnu pour sa modernité et son ouverture d’esprit nous invite à un voyage au pays du soleil levant démontrant ainsi l’internationalité de la mode et la mixité des cultures. Comme à son habitude, il donne la priorité à la féminité et à l’élégance pour des tenues 100% soir et couture.

Georges_Hobeika_SS_2017

Georges Hobeika: 15 rue Royal, Paris 8.

-l’italien Antonio Grimaldi qui a suivi les cours du Art Institute en section design graphique avant de collaborer avec des maîtres-tailleurs. Ses différentes expériences le poussent à s’installer à Rome et s’associer à Sylvio Giardina pour créer la maison « Grimaldi Giardina » qui enchanta l’Altaroma. Is ont même défilé à Paris en 2009 lors d’une rétrospective d’une décennie de créations.

Suite à la séparation du duo, Antonio Grimaldi fonde sa propre maison et rencontre un succès immédiat au Moyen-Orient. Depuis 2013 il imagine, parallèlement à son sur- mesure, un prêt-à-porter qu’il présente à Paris, Rome et Milan.

Antonio_GrimaldiAntonio Grimaldi

Pour son entrée au calendrier Parisien, sous le patronage de Riccardo Tisci, directeur créateur de Givenchy, il imagine une collection inspirée des déesses grecques avec des lignes fluides dans des couleurs sobres mettant en valeur à la fois la pureté des formes sobres et l’artisanat italien.

Antonio_Grimaldi_SS_2017

Galia Lahav est née en Russie dans une famille de couturières où elle apprend depuis son plus le jeune âge son futur métier. Elle débute sa carrière professionnelle comme professeur d’art durant 10 ans, mais est rattrapée par sa passion première de la mode et crée pour ses 30 ans sa marque Galia Lahav, secondée par Sharon Sever, diplômé d’art et de mode, formé par de grandes maisons françaises comme Balenciaga, Pierre Balmain, Carven et Christian Lacroix. Il est aujourd’hui le désigner de la marque basée à Tel Aviv depuis 1988, dont la spécificité se concentre sur le savoir-faire israélien de l’appliqué de dentelles sur mesure.

La marque compte aujourd’hui trois lignes : Soirée, Gala et Mariée, cette dernière participant à la Bridal Fashion Week de New-York depuis 2013.

Installé à Paris depuis 2017 avec un atelier de haute couture mélangeant savoir-faire israélien et français, Galia Lahav souhaite aujourd’hui faire entrer son nom dans le sein des seins des maisons de luxe.

Galia_Lahav_et_Sharon_SeverGalia Lahav et Sharon Sever

Pour cette première à Paris, elle nous invite à un voyage entre l’ère Victorien Anglais et la « Belle Époque » française pour un clin d’œil à une période faste et optimiste, dans laquelle elle juxtapose les références historiques aux coupes et aux techniques contemporaines pour des femmes mondaines, dont la vie commence principalement à l’heure des cocktails.

Galia_Lahav_SS_2017

-l’excellente surprise de la collection de la danoise d’origine coréenne, Christine Hyun Mi Nielsen. Née en Corée du Sud, elle grandit entre Copenhague et Londres où elle étudie au Royal College of Art and Design. Elle débute sa carrière comme directrice du studio prêt-à-porter femme chez Balenciaga puis Givenchy et chef de design féminin chez Alexandre McQueen avant de fonder sa marque Hyun Mi Nielsen en juillet 2016 à Paris.

Christine_Hyun_Mi_NielsenChristine Hyun Mi Nielsen

A l’opposé des autres défilés conventionnels, la créatrice ne souhaite pas uniquement proposer des vêtements, mais également créer des émotions et cette première présentation en est une parfaite illustration. Moderne, réalisée dans des mélanges de matières, chaque tenue démontre son niveau d’exigence tout en n’oubliant jamais la notion de portabilité pour des jeunes femmes élégantes non passéistes, démontrant que la couture peut aussi être moderne, ce qu’oublient beaucoup de créateurs, pensant que haute couture ne rime qu’avec robe de bal !

Hyun_Mi_Nielsen_SS_2017_©_Olesya_Okuneva

Hyun_Mi_Nielsen_SS_17_©_Olesya_Okuneva

Hyun Mi Nielsen: 23 boulevard Saint Martin, Paris 3.

-Dans le même crédo d’une nouvelle couture portable, on retrouve la néerlando-vietnamienne Xuan-Thu Nguyen pour sa ligne Xuan, mais dont la sublime mise en scène a pris hélas le pas sur une collection n’ayant de couture que le nom !

Xuan_SS_2017

Née au Vietnam, elle grandit aux Pays-Bas avec ses parents propriétaires d’une manufacture textile. Diplômée de l’Institut de la mode Charles Montaigne d’Amsterdam en 1999, elle y lance sa marque et reçoit le prix du soutien à la jeune création néerlandaise. Elle est installée à Paris depuis 2004 où elle présente son prêt-à-porter.

Xuan-Thu_NguyenXuan-Thu Nguyen

Xuan: 5 rue de Tracy, Paris 2.

Parmi les noms reconduits au calendrier en tant que membres invités, on retrouve :

Iris Van Herpen, la reine de la couture 3D qui transforme cette saison la femme en être organique et minéral avec des robes s’apparentant à des plaques de givre, des écailles de sirènes ou des créatures marines dans des tonalités noires, grises ou écrues. Si à ses débuts, la femme servait plus de support à ses créations artistiques, elle réussit aujourd’hui à l’habiller avec ses créations hybrides entre mode et art, sans faire pour autant de concession à sa vision de la mode.

Iris_Van_Herpen_SS_2017

Francesco Sconiamiglio apporte depuis deux saisons sa vision italienne de la couture. Entre tradition et modernité, sa collection est riche et féminine à destination de clientes qui aiment se faire remarquer par des vêtements d’exception aux broderies précieuses et aux lignes qui mettent leur corps en valeur.

Maison_Francesco_Sconimiglio_SS_2017

Ralph & Russo confirme de saison en saison sa présence à ce calendrier avec des collections couture aux finitions parfaites et aux coupes intemporelles. Si le soir reste le crédo de prédilection des deux créateurs, le jour s’impose avec des tenues plus faciles à porter pour celles qui souhaitent vivre au quotidien dans des tenues sur-mesure.

Ralph_&_Russo_SS_2017

Yuima Nakazato récidive avec une collection plus théâtrale que portable. Fidèle à son show de Juillet, il utilise des matières iridescentes pour mettre en valeur celles qui les portent et s’inspire des éléments fondateurs du monde : le feu, le vent, l’eau et la terre.

Yuima_Nakazato_SS_2017

Vetements ne défile pas avec une collection couture, mais bien avec son prêt-à-porter automne-hiver 2017-18, la fédération lui permettant de présenter sa collection avec quelques mois d’avance. Intitulées « Stereotypes », le thème prend sa source dans les uniformes sociaux et montre comment ils sont réinterprétés par le grand public et Demna Gvasalia dont l’inspiration principale provient de la rue.

Vetements_Homme_Femme_FW_2017

Zuhair Murad nous a plongés dans le faste des années 80 avec une mode glam, loin des problèmes du quotidien, où la couleur et les strass transforment les clientes en reines de la nuit. 100% couture sa collection apporte, comme à son habitude, des propositions d’ensembles, pantalons, robes courtes ou longues pour chaque type de femmes dont le point commun est de les sublimer.

Zuhair_Murad_SS_2017

Zuhair Murad: 1bis rue François 1er, Paris 8.

Ulyana Sergeenko a convié son assistance au Cirque d’hiver pour présenter son dernier opus. Hyper chic, la femme Sergeenko aime les tailleurs qui marquent la taille et mettent ses jambes en valeur. Elle adopte des robes longues pour le soir.

Ulyana_Sergeenko_SS2017

Guo Pei nous a enfin comblés d’un magnifique et surprenant défilé renouant avec son univers fantasque et onirique. On oublie immédiatement ses deux précédentes collections présentées à Paris, qui n’avaient pas d’intérêt sauf celui de desservir son style, pour se concentrer sur son show « Legend ». Par son savoir-faire unique et sa fantaisie légendaire, elle revisite 21 tenues entre guerrières médiévales et princesses de contes et légendes à mi-chemin entre Chine et Russie.

Guo_Pei_SS_2017_1

A chaque passage, le public, conquis dès le premier modèle avec une princesse fantôme défilant dans le noir, retient son souffle devant les nombreux détails parant ces silhouettes hors du temps. Aucune fausse note ne vient troubler le défilé, et le travail des ateliers de Beijing démontre une maîtrise parfaite des techniques et des savoir-faire que la couturière s’est donné comme mission de perpétuer dans le temps.

Guo_Pei_SS_2017

Guo_Pei_SS_2017_2

Guo_Pei_ss_2017_final

Avec cette collection Guo Pei, vient de démontrer pourquoi elle mérite enfin sa place dans ce calendrier. Si elle continue en affirmant son style, elle a toutes les chances d’acquérir le précieux label sous l’appellation de membre correspondant.

Guo Pei: 416, rue Saint-Honoré, Paris 8.

Frédéric Blanc

About Fred

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *