Le Mexicaba de Christian Louboutin

By on 11/05/2017

Comme souligné dans le spécial sacs de Fashion-Spider, les paniers et les cabas restent des indispensables de l’été. Pour vous démarquer, tout en faisant une bonne action, adoptez le Mexicaba de Christian Louboutin.

 

L’aventure des cabas, si chers au créateur, est née l’année dernière avec l’Africaba grâce à Valérie Schlumberger, une amie d’enfance, qui vit à Dakar depuis des dizaines d’années, et soutient le travail des artisans sénégalais par le biais de son entreprise caritative, la CSAO. C’est en présentant les brodeuses de la Maison Rose, structure qui vient en aide aux jeunes mères en difficulté, que l’idée du cabas en collaboration avec les deux maisons s’est tout naturellement imposée à Christian Louboutin.

Pour le Mexicaba, la CSAO est à nouveau impliquée dans ce projet unique. En effet, chaque cabas se présente avec une petite poupée créée à Paris, accessoirisée en Italie, mais réalisée par des artisans soutenues par la CSAO au Sénégal. Cela leur assure des revenus continus qui leurs permettent de reprendre leur vie en main. Chaque Cabas est intégralement monté et fini en Italie par des artisans maroquiniers experts qui travaillent avec passion sur les collections de maroquinerie Christian Louboutin. Ainsi, un seul sac relie les mains de plusieurs artisans autour du monde.

Christian_Louboutin_MEXICABA_2017

C’est vers l’association Taller Maya, l’une des branches de la Fundacion de las Haciendas de Mundo Maya, dont les actions sociales sont mondialement reconnues, que Christian Louboutin s’est cette fois dirigé. La mission de la fondation est de préserver la culture et l’artisanat local ainsi que d’assurer des revenus pérennes à des artisans Maya. Ces derniers, parmi lesquels une grande majorité de femmes, sont réunis au sein de petits groupes dispersés dans des villages reculés ou de plus larges collectivités . Certains ont hérité d’un savoir-faire traditionnel tandis que d’autres se forment aux pratiques de leurs grands-mères ou de leurs arrières grands-mères. Taller Maya propose des structures accueillantes et conviviales construites à cet effet, au sein desquelles les artisans peuvent se réunir pour travailler, mais également pour forger un sentiment d’appartenance à une communauté. La journée de travail s’organise dans le respect de la vie de famille et des exigences de la fonction de mère.

Dix pourcents du bénéfice des ventes seront reversés directement à la fondation dont les actions dépassent largement le cadre associatif. Si chaque sac procure un revenu équitable aux artisans, les bénéfices excèdent le point de vue strictement financier.

MEXICABA_Christian_Louboutin_et_ses_Brodeuses

Le Mexicaba se compose de panneaux de coton chatoyant tissés à la main par des artisans, puis confiés aux doigts experts de brodeuses Mayas. La base des poignées s’orne de perles sculptées dans de la corne de buffle ainsi que de perles de bois peintes évoquant des animaux mythologiques.

Christian_Louboutin_MEXICABA_brodeuse

A la question : pourquoi le Mexique ? Christian louboutin répond : « Si vous alliez chez moi, vous verriez tous les objets que j’en rapporte depuis des années, ils sont les témoins de ma passion pour le design mexicain, si riche, si varié, si métissé, entre ses origines indiennes, les influences espagnoles…J’adore les broderies, les couleurs, les motifs païens un peu naïfs d’animaux sauvages, et toutes ces représentations de la mort, tellement gaies qu’elles en perdent toute connotation terrifiante ».

Le Mexicaba est à découvrir dans toutes les boutiques Christian Louboutin depuis le 4 mai 2017 au prix de 1290€

Frédéric Blanc

About Fred

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *