Paris Fashion Week Haute Couture Printemps-Été 2016

By on 02/02/2016

Que vont porter les clientes de haute couture la saison prochaine ? Quelles nouvelles tendances vont émerger des plus prestigieux défilés que nous venons de voir durant trois jours à Paris ? Un résumé s’impose afin de vous faire découvrir ce que les marques les plus en vue de la fashion sphère ont proposé.

Toujours très complexe de parler de tendances quand on évoque la haute couture. En effet, les collections représentent la quintessence de chaque maison qui, sous l’impulsion de son directeur artistique, exprime une idée, une ligne directrice qui voit le jour en collaboration avec les meilleurs ateliers au savoir-faire inégalé.

Comme habituellement, la maison Italienne Versace a ouvert le bal des défilés. Après une saison plutôt romantique pour l’hiver 2015-16, retour aux sources pour l’été 2016 à l’esprit ultra sexy, voire provocateur, qui a fait sa renommée. Femmes sûres d’elles dans des tailleurs cintrés, des robes ultra-fendues ou découpées, mini voire très mini et dont les décolletés sont de véritables abîmes. Pour Donatella Versace, la femme forte et élégante ne rime pas avec classicisme mais plutôt avec audace. On retrouve, comme dans la grande majorité des collections, des clins d’œil à l’esprit bondage et sado-maso avec les cordes, les sangles et les harnais qui viennent orner les robes ou servir de bretelles. Des panneaux en gel de silicone ou des bandes de silicone apportent du mouvement à des robes structurées et découpées. Les cristaux Swarovski ne sont bien évidemment pas oubliés pour une mise en lumière tout en subtilité.

Versace_haute_couture_SS_2016

Bertrand Guyon nous invite chez Schiaparelli à un « dîner de gala ou les plaisirs du goût », qui ne fait pas prendre un gramme, les plats se trouvant sur les robes. L’esprit décalé Schiaparelli est bien là dans le respect de la tradition haute couture, mais où le sérieux n’a pas sa place.

Sur les ensembles de jour et les robes du soir, des mets ou des rappels à l’art de la table se succèdent sans pour autant tomber dans le kitch. C’est là que l’on mesure l’importance d’un directeur artistique de talent.

Schiaparelli_Haute_Couture_SS_2016

Ece Ege continue sa recherche architecturale sur le vêtement au travers de ses expérimentations pour sa marque Dice Kayek. L’esprit « petite fille » avec des robes courtes et évasées laisse la place à une collection pour des jeunes femmes modernes, urbaines hyper chic. L’introduction du pantalon de la saison précédente continue de gagner du terrain pour des looks de jour et de soir où il se mixe avec harmonie avec les robes. Les chemisiers qu’elle affectionne depuis le début de sa carrière en 1993 ne cessent d’être réinterprétés.

Dice Kayek fait réellement partie des nouvelles maisons qui font évoluer le style haute couture.

Dice_Kayek_Haute_Couture_SS16_©_Dominique Maitre

Christian Dior, sans directeur artistique depuis le départ de Raf Simons, a créé la surprise avec la sortie d’un duo de head designers composé de Serge Ruffieux et Lucie Meier, qui ont souhaité rendre hommage à Monsieur Dior au travers de leur vision de la maison dans la continuité du style Raf Simons.

On y retrouve la veste Bar, sans cesse revisitée, qui se twiste de nœuds, tout comme les symboles et les porte-bonheurs comme le bestiaire et le muguet brodés sur les tenues ou portés en bijoux.

Même si ces propositions ne sont pas révolutionnaires par rapport aux saisons précédentes, le style est beaucoup plus féminin, le travail de broderie est remis en valeur et celui de haute couture est plus visible.

Christian_Dior-haute_couture_SS-2016

Ralph and Russo a pour mission de supplanter toutes les maisons sur les tapis rouges et cela se voit au premier coup d’œil. On retrouve tous les codes de la haute couture, les tailleurs des grands soir, les robes de cocktails, les fourreaux, les robes de bal et même les bodys brodés portés avec des capes démesurées, la dentelles, les cristaux, les broderies, les fleurs. Difficile de parler de style, mais on ne peut pas nier le travail minutieux des ateliers qui transforment la cliente maison en point de mire de la soirée.

Ralph_&_Russo_haute_couture_SS_2016

Alexis Mabille a envie d’été et sa collection, pleine de fraîcheur et de romantisme, est une ode à la belle saison. Si pour son prêt-à-porter le couturier s’intéresse surtout aux tenues de jour, sa haute couture se focalise sur le soir. Ses clientes aiment se parer à l’heure du cocktail dans des petites robes en dentelle brodée, en satin ou des ensembles pantalons. Pour le soir fourreaux ou robes vaporeuses sont de rigueur en blanc, noir, nude ou bleu nuit, preuve que la couleur n’est pas nécessaire pour se faire remarquer quand le style est là.

Alexis_Mabille_Haute_Couture_SS_2016

Chanel, par l’intermédiaire de Karl Lagerfeld, joue sur la vague écolo. Le créateur prouve que le bio ne rime pas forcément avec laid. C’est dans une ambiance de calme et de sérénité dans un jardin japonisant que les mannequins ont défilé sortant d’une maison en bois dans des créations aux tonalités beiges, couleur fétiche de Gabrielle Chanel.

Chanel_Haute_Couture_SS_2016_FINALE_©_OLIVIER_SAILLANT

Composées de broderies de copeaux ou de fragments de bois, les tenues illustrent parfaitement le style intemporel de Chanel qui se renouvelle de saison en saison sans jamais se dénaturer. Karl Lagerfeld démontre une fois de plus son talent de garant de l’histoire de la Maison et de visionnaire en s’inspirant des tendances du moment.

Chanel_Haute_Couture_SS_2016

Bouchra Jarrar est le grand couturier par excellence de la femme urbaine active. Ses nombreuses propositions de jour la démarque largement des autres Maisons. Son style personnel fait de sa marque une référence dans la nouvelle génération de jeunes couturiers. Elle revisite les costumes militaires avec l’ajout de tissus délicats ou de fourrure, pour mieux féminiser l’ensemble en lui donnant une allure forte.

Le chausseur Christian Louboutin avec ses « rangers »renforce le contraste masculin/féminin pour une allure zéro défaut.

Bouchra_Jarrar_Haute_Couture_SS_2016

Stéphane Rolland nous a transportés dans le passé avec un défilé à l’ancienne dans ses salons avec des mannequins arborant leur numéro de passage et une bande son décrivant leurs tenues.

Rien de passéiste dans ses nouvelles propositions, beaucoup moins architecturales qu’à l’accoutumée. La légèreté est au rendez-vous et un hommage aux plissés est largement rendu dans des maxi jupes pour des tenues de bal. On retrouve son travail de recherche de la matière dans deux tops en peau avec des picots strassés dont la légèreté de la mousseline et de la soie des jupes contraste admirablement.

Stephane_Rolland_haute_couture_SS_2016

Après des propositions plutôt monacales où le noir était plus que présent, voici des tenues plus que colorées où le mélange et l’outrance sont au rendez-vous. Une chose est sûre, la femme Julien Fournié ne passera pas inaperçue !

Il est à noter que la maison, bien ancrée dans son époque, prouve que tradition et technologie ne sont pas ennemies et les accessoires créés en 3D, grâce au FashionLab de Dassault Systèmes, viennent parer les modèles.

Julien_Fournie_Haute_Couture_SS_2016

Giorgio Armani Privé a envie de légèreté. Exit les tailleurs pantalons et les tissus rigides et place à la fluidité, aux volants, aux jupes et aux robes qui volent au rythme de la marche. Si le noir n’est pas complètement exclu, les tons pastels dans un dégradé de rose, de parme, de bleu et d’argent accentuent cette note aérienne.

Giorgio_Armani_prive_Haute_Couture_SS_2016

Alexandre Vauthier confirme sa place comme grand couturier contemporain avec des propositions qui démodent toutes les autres. Il prouve une fois de plus que la haute couture se doit d’être actuelle pour les nouvelles clientes, qui n’ont pas envie de ressembler à leurs mères, coincées dans des robes passéistes. La maîtrise de son art lui permet d’utiliser le savoir-faire traditionnel et le mixer à des formes résolument modernes en intégrant des coupes sexy inspirées du prêt-à-porter, du sado-maso avec les harnais supportant des robes en mousseline plissées sans oublier le cuir qui se transforme en matière d’exception.

Sa nouvelle collection de chaussures accessoirise les tenues à la perfection.

Alexandre_Vauthier_Haute_Couture_SS_2016

Franck Sorbier a voulu rendre hommage à l’amour. C’est en redécouvrant le Kamasutra que l’idée de sa collection lui est apparue. Pour mieux l’exprimer, c’est sous forme de discours amoureux au travers de la danse qu’il a présenté ses pièces à base d’orange et d’or. On y retrouve son style si particulier qui laisse une grande liberté aux mouvements.

Franck_Sorbier_haute_couture_SS_2016

Elie Saab sait nous surprendre. La saison dernière, il avait transformé ses princesses en reines de la nuit défilant à plat, diadème décalé, sous les décibels de Nirvana. Aujourd’hui, elles conservent leurs robes richement brodées pour explorer la forêt tropicale indienne, chaussées de rangers ou de sandales à strass, casquette vissée sur le tête et besace rigide en cuir argent. Rien n’arrête la femme Elie Saab, elle assume sa condition de star en toutes circonstances et ça on adore !

Elie_Saab_Haute_Couture_SS_2016

Pour sa deuxième présentation en tant que membre invité, Ilja met plus de légèreté dans sa collection Printemps-été comme un vent délicat apportant le mouvement aux robes toujours architecturales. Cette impression de fraîcheur est augmentée par l’utilisation de tissus plus souples dans des tonalités nude ou pastel. La technologie avec l’apport de lumière à l’intérieur des vêtements met en avant la volonté de nouveauté de la créatrice, même si cette introduction n’est pas complètement révolutionnaire.

Ilja_Haute_couture_SS_2016_ ©_PETER_STIGTER

Jean Paul Gaultier, éternel adolescent, aime la fête, les jolies personnes stylées qui s’assument et qui, par dessus tout s’adonnent aux plaisirs de la vie. S’il est une période qui résume le mieux cet état d’esprit, c’est bien celle des années 80 et du Palace. C’est pourquoi, le couturier nous a conviés dans son show room transformé en boulevard Poissonnière où les mannequins ultra lookés entrent et sortent de ce lieu mythique. Une mode festive où l’art de la haute couture est mis au service des mouvements du corps permettant ainsi de danser toute la nuit en toute liberté.

Jean_Paul_Gaultier_haute_couture_SS_2016_©_ MORGANE RATERON

C’est devant un parterre de stars que le show s’est clôturé en immense party qu’on aimerait vivre plus souvent.

final_Jean_Paul_Gaultier_Haute_Couture_SS_2016

Zuhair Murad aime sublimer ses clientes. Cette saison il expérimente une nouvelle coupe au travers du nom de sa collection : «  Amour en Cage ». Le corps est ainsi mis en valeur par cette technique redessinant les formes pour mieux les mettre en valeur. On adore ses robes courtes et ses bodys strassés. Ses robes de bal feront à coup sur les beaux jours des tapis rouges.

Zuhair_Murad_Haute_Couture_SS_2016

Frédéric Blanc

About Fred

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *