Le Musée de l’Histoire de l’Immigration présente FASHION MIX

By on 07/12/2014

Les notions de « savoir-faire français et de made in France » sont reconnues et célébrées internationalement dans le domaine de la mode depuis le milieu du XIXe siècle. On oublie, toutefois, souvent de préciser que la mode française est souvent conçue par des créateurs étrangers. De Charles Frederick Worth à Azzedine Alaïa, de Mariano Fortuny à Issey Miyake et Yohji Yamamoto, ou encore Cristobal Balenciaga ou Raf Simons… de nombreux stylistes et directeurs artistiques étrangers l’ont révolutionnée et on enrichi son histoire.

FASHION MIX, conçue par Oliver Saillard, directeur du Palais Galliera, Musée de la Mode de la ville de Paris, rend hommage au travers de cette exposition au savoir-faire français  que des créateurs étrangers font rayonner à travers le monde et raconte l’histoire de l’immigration, celle d’hommes et de femmes, artisans, créateurs ayant contribué à faire la renommée de Paris, capitale internationale de la mode.

Parce que la force  de création est souvent le mélange de plusieurs savoir-faire, on y découvre certains métiers de l ‘époque particulièrement marqués par l’immigration comme les ateliers de broderie russes dans les années 1920 ou, plus récemment, les mailleuses et chausseurs arméniens.

L’exposition présente une centaine de pièces emblématiques conservées essentiellement au Palais Galliera.

Exposition_fashion_mix_Worth_&_Bobergh_ Balenciaga - ensemble_chapeau_et_Robe_Papillon_Schiaparelli © Roger-ViolletWorth et Bobergh: robe de ville, vers 1869, Faille de soie, toile de coton enduite. Collection Palais Galliera, musée de la Mode de la Ville de Paris © Eric Emo / Galliera / Roger-Viollet. Cristóbal Balenciaga: ensemble robe et cape, haute couture P/E 1962. Faille de soie imprimée. Collection Palais Galliera, musée de la Mode de la Ville de Paris © Spassky Fischer

Elsa Schiaparelli: chapeau-chaussure, hiver 1937-1938 Feutre noir et robe du soir, P/E 1937  en crêpe imprimé noir et blanc motif de papillon. Collection Palais Galliera, musée de la Mode de la Ville de Paris © Eric Emo / Galliera / Roger-Viollet.

Le parcours commence en 1858 avec l’arrivée en France de l’anglais Charles Frederick Worth, fondateur de la haute couture, suivie très rapidement de celle d’autres couturiers d’origine étrangère, Mariano Fortuni, Elsa Schiaparelli, Cristobal Balenciaga…qui installèrent leur maison à Paris, pour arriver à nos jours avec les créations contemporaines de Popy Moreni, John Galliano, Phoebe Philo, Alexander McQueen, Sybilla, ou Ricardo Tisci.

Mariano Fortuny - tea-gown velours © Roger-Viollet_Popy Moreni - ensemble © Roger-ViolletMariano Fortuny: tea-gown, vers 1912, ensemble de velours de soie rouge imprimé or, perles de verre rouges Collection Palais Galliera, musée de la Mode de la Ville de Paris © R. Briant et L. Degrâces / Galliera / Roger-Viollet. 

Popy Moreni: robe, 1988-1989Velours noir, applications multicolores. Collection Palais Galliera, musée de la Mode de la Ville de Paris© Eric Emo / Galliera / Roger-Viollet 

On y retrouve également des destins singuliers inscrits dans des contextes politiques et culturels particuliers : des Russes blancs exilés après la révolution (Maison Kitmir et Irfé), des Espagnols fuyant la guerre civile, des Arméniens réfugiés en France ( Ara Frenkian).

On remarque, grâce à un effet chronologique, l’arrivée  des différentes nationalités et par conséquent les modifications de styles et de tendances entrainées par ces influences. On note le changement radical de style entre la fin des années 70 et le début des années 80 avec l’école Japonaise : Kenzo, Issey Miyake, Rei Kawakubo pour Comme des Garçons, Yohji Yamamoto, Tokio Kumagaï, Junya Watanabe. Puis, dans la continuité de cette « révolution » japonaise, l’entrée des Belges Martin Margiela, Ann Demeulemeester, Raf Simons, Dries Van Noten, AF Vandevorst, Olivier Theyskens, Jurgi Persoons.

Issey_Miyake_robe_multicolore_© Roger-Viollet_et_Margiela _©_Spassky_FischerIssey Miyake: robe longue, P/E 1986 Soie artificielle plissée. Collection Palais Galliera, musée de la Mode de la Ville de Paris © Eric Emo / Galliera / Roger-Viollet

Martin Margiela: ensemble body troué et jupe rideau, A/H 1990. Collection Palais Galliera, musée de la Mode de la Ville de Paris © Spassky Fischer 

La deuxième partie reflète davantage l’accélération des échanges caractéristiques de nos sociétés contemporaines avec le développement des défilés et des capitales de la mode jusqu’à l’apparition sur la place de Paris de créateurs de toutes origines, plutôt qu’une école géographique spécifique. Certains d’entre eux deviendront d’ailleurs les clés de voûte de nos prestigieuses Maisons à l’instar de Karl Lagerfeld pour Chanel, Marc Jacobs pour Louis Vuitton ou Azzedine Alaïa pour sa propre griffe. Pour clôturer, l’époque actuelle montre l’ouverture d’esprit de Paris et ses fashion weeks pluri culturelles regroupant des talents de toutes origines, l’allemand Kostas Murkudis, les néerlandais Viktor & Rolf et Iris Van Herpen, le belge Bernard Willhelm, l’Israélo-américan Alber Elbaz, le libanais Rabih Kayrouz, l’indien Manish Arora, le colombien Haider Ackermann…

Yohji_Yamamoto_cape_©_ Spassky_Fischer_et_ Vivienne Westwood - Robe_Fragonard_©_Roger-ViolletYohji Yamamoto: Cape « Pierrot », collection « Hollywood », A/H 1997 Collection Palais Galliera, musée de la Mode de la Ville de Paris © Spassky Fischer 

Vivienne Westwood: robe Fragonard, 1991,soie imprimée, rehauts de peinture acrylique. Collection Palais Galliera, musée de la Mode de la Ville de Paris© Eric Emo / Galliera / Roger-Viollet.

Les parcours migratoires individuels et les savoir-faire sont retracés à l’aide de documents d’archives privés et publics : actes de création de maison de couture, dossiers de naturalisation, dossier d’Office français de protection des réfugiés et apatrides (OFFRA), extraits et entretiens audiovisuels.

Exposition FASHION MIX du 9 décembre 2014 au 31 Mai 2015 au Musée de l’Histoire de l’Immigration-Palais de la Porte Dorée: 293, avenue Daumesnil, Paris 12.

Du mardi au vendredi de 10h à 17h30

Le samedi et le dimanche de 10h à 19h

Plus d’informations sur le www.histoire-immigration.fr

Frédéric Blanc

About Fred

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *